Classiques du 7ème art: Halloween approche à grands pas et si vous êtes comme moi addicts aux films d’horreur, vous devriez apprécier l’article que le site Den of geek! a consacré à l’un des monuments du genre, Halloween de John Carpenter. L’auteur de ce papier, Ryan Lambie, analyse les mécaniques d’écriture de ce chef d’oeuvre toujours aussi efficace, vingt-cinq ans après sa sortie. Punaise, ça me donne envie de le revoir!

Quelques scénarios écrits par des femmes

Jennifer Jason Leigh

Puisqu’on nous octroie généreusement, à nous les filles, toute une journée sur trois-cent soixante-cinq, je n’ai pas pu résister à l’envie de vous parler des femmes scénaristes, il faut dire que je maîtrise un peu le sujet… ;-)

J’avais l’année dernière profité de cette date pour pousser un petit coup de gueule au sujet du machisme qui règne encore dans les domaines de l’audiovisuel et du cinéma., je vous propose cette année un petit coup de promo pour d’éminentes consoeurs. Que diriez-vous de (re)découvrir quelques grands films écrits par des femmes et d’en lire les scénarios?

Lire le reste de cet article »

L’iPad comme outil dramaturgique

Rassurez-vous fidèles lecteurs, je ne vais pas vous faire le coup du comique de répétition en vous bassinant avec mes méditations existentialo-financières au sujet du joujou extra d’Apple que je finirais bien par m’offrir, de guerre lasse. Non aujourd’hui je souhaiterais vous faire découvrir une utilisation particulièrement spectaculaire et narrative de l’iPad. Je vous avais déjà parlé à diverses reprises d’applications permettant d’écrire un scénario sur cette tablette mais j’avoue ne pas avoir songé une seconde qu’elle pourrait carrément tenir un rôle actif dans la création d’une histoire. Démonstration en images…

Lire le reste de cet article »

Comment écrire un film d’horreur?

Si les films de genre font les belles heures du cinéma hollywoodien depuis sa création ou presque, force est de constater que la recette fonctionne nettement moins bien sur notre sol. Il est commode de blâmer l’écart des budgets consacrés à ces oeuvres des deux côtés de l’Atlantique, mais je suis quant à moi persuadée que beaucoup de scénaristes et cinéastes français pêchent par orgueil.

Bien entendu, à force d’être ultra calibrée, l’écriture de scénario américaine en devient parfois artificielle, mais en matière de dramaturgie, il est in-dis-pen-sable de connaitre et maîtriser les règles spécifiques à tel ou tel genre avant de prétendre s’en affranchir.

Je vous propose donc de réviser ensemble nos classiques, en commençant dès aujourd’hui par le film d’horreur.

Lire le reste de cet article »