Conseils pour écrire une adaptation littéraire, volume 1

Depuis que le cinéma existe, l’adaptation littéraire est un secteur prolifique et porteur. La toute dernière édition cannoise lui a fait, comme chaque année, la part belle. Quant au cinéma commercial, toujours plus avide de remakes, préquels et séquels, il exploite lui aussi le filon. Les producteurs espèrent surfer sur la renommée d’une oeuvre littéraire pour s’assurer un confortable nombre d’entrées en salles. Mais dans les faits, l’exercice peut s’avérer casse-gueule. Avant d’étudier le travail d’écriture à proprement parler, intéressons-nous aujourd’hui à l’aspect pratique des choses…

Nombres cinéastes et scénaristes rêvent de porter à l’écran leur livre culte. Mais adapter un roman est bien plus difficile encore que d’écrire un scénario original. Ce n’est pas pour rien que les manuels d’apprentissage déconseillent formellement cet exercice.

Il y a en fait deux obstacles majeurs : l’auteur du livre (on ne peut disposer de son oeuvre à sa guise) et l’œuvre elle-même.

1. Les démarches

La première chose à faire, lorsque l’on souhaite adapter un roman à l’écran, c’est de se renseigner sur ses droits.

Deux cas de figure peuvent se présenter :

  • L’ouvrage est tombé dans le domaine public
  • Il existe des ayants droit

Une œuvre littéraire tombe dans le domaine public soixante-dix ans après la mort de son auteur. N’importe qui est alors libre de l’adapter gratuitement et sans accord. Dans ce cas, pas de problème, l’auteur peut se lancer dans l’écriture. Cela dit, est-il encore utile de rappeler à quel point il est hasardeux d’écrire un scénario sans l’aval d’un producteur ou d’un réalisateur ?

Deuxième cas de figure, il existe des ayants droit : soit l’auteur lui-même, soit l’éditeur, soit les héritiers de l’auteur si son œuvre n’est pas encore dans le domaine public. Concrètement, l’œuvre est protégée et personne ne peut l’adapter sans en acquérir les droits.

Il y a deux étapes dans la cession des droits d’une œuvre littéraire.

Le plus souvent, tout commence par une option sur les droits : le demandeur négocie le droit exclusif, pour une durée limitée et fixée par contrat, d’adapter le livre. Généralement, une option se signe pour un an, renouvelable. Si je parle de demandeur et pas de scénariste, c’est parce que c’est plutôt au producteur d’effectuer cette démarche et ce pour deux raisons :

  • une option est souvent payante, voire onéreuse
  • il y a très peu de chance qu’un scénariste obtienne des droits s’il ne travaille pas avec un producteur puisqu’il n’a quasiment aucune chance que son scénario soit tourné.

Un auteur ou un éditeur n’ont aucune raison de signer une option « à perte », leur intérêt est que le film voie le jour. Bien entendu, dans de rares cas, un scénariste parvient à rencontrer directement l’auteur, ou ses ayants droit, et à le convaincre de lui accorder gratuitement une option, mais ça tient presque du miracle.

Deuxième étape, lorsque les divers intervenants se sont mis d’accord, que le scénario est écrit et que le film entre en production, le producteur doit acquérir les droits de l’œuvre littéraire. Il n’y a pas de règle absolue en la matière mais disons qu’au cinéma, les droits d’un premier roman se négocient autour de 46 000 euros et qu’il n’y a pas de limite supérieure, tout dépend de la notoriété de l’ouvrage et de son auteur. Pour la télévision, il est d’usage que l’auteur du livre (ou ses ayants droit) touchent 50% des droits de diffusion.

Attention aux entourloupes, ce n’est en aucun cas au scénariste de payer ces droits de sa poche !

En résumé, qu’il s’agisse d’une adaptation littéraire ou d’un scénario original, c’est toujours le même cas de figure :

  • le scénario est une commande du producteur (90% des cas)
  • le scénariste essaie de trouver un producteur pour son projet et doit lui envoyer un synopsis et une note d’intention, ou carrément un pitch.

Une fois ce problème de droits réglé et le contrat avec le producteur dûment signé, le scénariste peut se mettre au travail. Nous verrons demain comment procéder.

De passionnants ouvrages sur le processus d’adaptation :

Source image: Adaptation & the novel

Copyright©Nathalie Lenoir 2017

Une réflexion sur “ Conseils pour écrire une adaptation littéraire, volume 1 ”

Les commentaires sont fermés