Coaching: comment vendre un scénario?

sold

Source: scriptmag

Ce n’est pas toujours facile à entendre mais le métier d’auteur ne consiste pas seulement à écrire des histoires, il faut aussi les vendre. Je vous propose donc de terminer la semaine de façon musclée avec une séance de coaching vidéo à l’américaine certes un poil hystérique mais qui à le mérite de nous faire cogiter…

Qu’il souhaite travailler pour le petit ou grand écran ne change rien à l’affaire : avant d’être engagé pour écrire un scénario, ou afin de vendre un spec-script, un auteur doit prouver que son projet est rentable. Et, pour cela, en France comme ailleurs, il va devoir pitcher son sujet. C’est là en général que les ennuis commencent…

Si l’on écarte la difficulté de prendre la parole en public, aussi restreint soit-il (lorsqu’on débute un producteur est aussi intimidant qu’une salle pleine), encore faut-il enfiler un costume de VRP plus qu’inconfortable aux artistes que nous sommes. Les séances de pitch sont certes bien plus informelles en France qu’outre-Atlantique mais les enjeux sont bien les mêmes: vendre une histoire.

Il existe de plus en plus de formations au pitch sur notre sol mais elles ne sont pas accessibles à tous les jeunes scénaristes. Si j’ai un bon conseil à vous donner, jeunes Padawans, c’est de vous entraîner, et pas qu’un peu, car lorsque surviendra le rendez-vous tant espéré, le stress et quelques perturbations d’ordre cosmique risquent de vous faire perdre tous vos moyens.

Je vous propose de visionner deux vidéos très intéressantes. Ne vous laissez pas déstabiliser par le marketing agressif très américain de l’orateur, son assistance avait certainement payé très cher pour assister à cette master-class, n’empêche que ses propos ne sont pas dénués de sens. Ils ont le mérite de nous faire réfléchir à un aspect beaucoup trop tabou en France: la valeur marchande d’un scénario. Un auteur qui complexe à l’idée de parler argent avec un producteur tend la corde pour se faire pendre

Agent ou pas agent, c’est au scénariste de convaincre le producteur et/ou diffuseur du potentiel économique de son histoire et cela n’a rien d’inné…


.

 

 


.

 

PS: une bonne fessée à celui ou celle qui râlera parce que ces vidéos sont en anglais. 😉

Copyright©Nathalie Lenoir 2016