La méthode d’écriture de Dustin Lance Black

dustin-lance-black

Déborder d’idées «super innovantes de la mort qui tue que tellement elles sont originales qu’elles vont révolutionner (rayer la mention inutile) le monde de l’édition, le grand ou le petit écran » est bien loin de suffire pour devenir auteur(e) professionnel(le)… ^^ 

Outre les difficultés de démarrer une carrière, il faut bien être conscient(e) que toutes les idées, aussi brillantes semblent-elles, ne méritent pas de donner naissance à un roman ou scénario, parce qu’elles ne tiennent pas la route sur la durée. Je vous propose d’écouter le génial scénariste Dustin Lance Black évoquer le moment où jaillissent ses idées… et ce qu’il en fait ensuite. 🙂

Il existe à peu près autant de méthodes de création que d’auteurs, mais ce que tous les professionnels ont en commun, c’est de passer par une intense phase de filtrage d’idées et de recherches AVANT de se lancer dans l’écriture à proprement parler.

Dans la vidéo du jour, Dustin Lance Black, scénariste à qui l’ont doit notamment le script du magnifique Milk de Gus Van Sant et maints épisodes de la série Big Love, nous explique  comment il prépare l’écriture de ses projets, notamment en effectuant des recherches. Bon ok il paie des assistants pour lui mâcher le travail, lucky boy! 😉

Je résume le contenu de cette vidéo pour ceux d’entre vous qui ne comprennent pas l’anglais. A partir de ce vaste matériel de documentation, Dustin Lance Black prend des notes, pointant les moments qui lui semblent particulièrement cinématographiques, c’est-à-dire qui pourront donner naissance à des scènes fortes. Chacune de ces scènes potentielles est couchée sur une fiche ou index card, classée par code couleur en fonction de son intérêt (caractérisation, mise en place de l’univers fictif…).

Puis il réorganise ces fiches sur une grande table (certains auteurs utilisent un tableau) afin de dégager une structure d’intrigue. A ce stade 90% des fiches ne trouvent pas leur place et finissent à la corbeille.

Une fois qu’il ne lui reste plus que la substantifique moelle du projet, Dustin Lance Black organise et réorganise ses fiches jusqu’à ce que leur enchainement lui semble parfait. Ce n’est qu’ensuite qu’il rédige un synopsis et enfin un premier jet du scénario, qu’il écrit d’un trait et qualifie de « vomit draft » puisqu’il n’a vocation qu’à être réécrit par la suite.

Références :

Copyright©Nathalie Lenoir 2014



Follow Nathalie_Lenoir on Twitter