Le mythe du héros, une recette éculée?

contrechamp

Connaissez-vous le web magazine Contrechamp, que diffuse le Monde? Présentée par le journaliste Olivier Clairoin, cette émission décrypte les tics et recettes du septième art d’une manière très pédagogique, un must see! La dernière édition était consacrée au héros hollywoodien, directement inspiré de tonton Joseph Campbell…

Brillamment disséqué par Joseph Campbell dans son bestseller, Le héros aux mille et un visages, puis démocratisé en terres d’Hollywood par Christopher Vogler, le mythe du héros est le fondement d’un nombre incalculable de films américains, avec plus ou moins de subtilité, à tel point que la formule peut aujourd’hui sembler indigeste. Quelle meilleure façon pourtant de nous faire éprouver de l’empathie pour un protagoniste, de lui donner une dimension dramatique?


Cinéma : la recette du héros parfait par lemondefr

Je crois que ce qui pêche dans certains blockbusters, ce n’est pas tant de suivre son petit Campbell illustré à la lettre, que de n’y ajouter aucun ingrédient personnel, unique. Un univers diégétique riche et complexe par exemple, une intrigue qui véhicule un thème fort, une résonance avec l’actualité…

Enorme soucis, également avec la caractérisation des personnages, notamment les protagonistes/antagonistes. Avoir une dimension de héros s’acquiert par hasard, suite à un coup du destin, mais ça ne fait pas la construction d’un personnage, loin s’en faut. Il doit avoir un passé, une psychologie, une personnalité, des failles, des désirs, avant même d’être lancé dans l’aventure, sinon il n’est qu’une coquille vide. A méditer. 😉

Références :

Suivez l’émission Contrechamp chers lecteurs, elle vaut vraiment le coup d’oeil!

Copyright©Nathalie Lenoir 2014



Follow Nathalie_Lenoir on Twitter