Le crowdfunding fait-il du bien ou du mal à l’industrie cinématographique? Si le financement participatif commence à changer la donne outre-Atlantique, alimentant le cinéma indépendant, mais aussi des projets plus mainstream, damant le pion à l’hégémonie des grands studios (je pense notamment au film décliné de la série Veronica Mars ou au nouveau long-métrage de Zach Braff), en France, une fois n’est pas coutume, la mayonnaise met du temps à prendre. Le sytème a de quoi séduire de prime abord mais nous sommes nombreux à craindre que le crowdfunding devienne une énième excuse pour réduire l’enveloppe dédiée au développement, et donc à l’écriture…