10 règles (punks) d’écriture de scénarios, par Joe Eszterhas

joe eszterhas

Le célèbre scénariste et romancier américain a récemment confié au mag MovieMaker ses « 10 Golden Rules of Screenwriting » et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elles dépotent! On y sent poindre, comment dire, une grosse aigreur contre la politique actuelle des studios hollywoodiens, c’est un peu la version punk des règles d’écriture habituelles. Je me suis dit que vous seriez sans doute intéressés par une traduction… même si dans les faits je vous déconseille d’appliquer ces préceptes à la lettre.

Les 10 règles d’écriture de scénario de Joe Eszterhas:

1. Ne voyez pas trop de films récents. La plupart des films qui sortent aujourd’hui sont épouvantables. Ils vous déprimeront. Vous penserez: Comment ont-ils pu porter à l’écran cet abominable scénario plutôt que d’acheter le mien? Epargnez-vous cette angoisse. Lisez plutôt un bon livre.

2. Ne mâchez pas vos mots. Si l’idée que vous suggère un exécutif est merdique, ne dites-pas « Et bien c’est intéressant, mais…  » Dites « C’est vraiment une idée merdique. » Les personnes à qui vous avez affaire ne sont pas stupides – elles sont juste futiles. Au fond de leurs coeurs elles savent que cette idée est merdique.

3. Ne les laissez pas vous convaincre de changer ce que vous avez écrit. Un réalisateur n’est pas un auteur. Un producteur ou un exécutif non plus. Vous gagnez votre vie en écrivant. C’est vous le pro. Ils sont des amateurs. Des diletantes au mieux. Traitez-les en tant que tels. Faites-leur sentir que c’est ce qu’ils sont.

4. Ne pitchez pas des histoires, écrivez des spec-scripts. Pourquoi essayer de convaincre une salle pleine d’egocentriques incultes que vous pouvez écrire un bon scénario sur tel ou tel sujet. Asseyez-vous simplement et écrivez ce fichu sujet. C’est bien plus honnête de faire bien quelque chose plutôt que de promettre de le faire bien.

5. Ecrivez avec votre coeur. La vie est courte; bien plus courte que vous ne le pensez. Ne faites pas du travail de mercenaire. Si un studio veut vous embaucher pour écrire quelque chose, faites-le uniquement si le job a une résonnance spirituelle, psychique ou sexuelle en vous.

6. Mentez toujours au sujet de votre premier jet. J’ai prétendu que je travaillais sur le scénario de Basic Instinct depuis des années lorsque je l’ai vendu pour une somme record. Lorsque le film est devenu le plus gros succès commercial de l’année 1992, j’ai dit la vérité: il m’a fallu treize jours pour l’écrire.

7. Rappelez-vous les secrets de famille. Si vous êtes bloqué, ne savez pas à propos de quoi écrire, pensez à toutes ces choses dont on ne parle pas au sein de votre famille. Quelque part là-dedans se cache au moins un bon scénario.

8. Face au réalisateur, ne pliez-pas. Qu’importe à quel point il est charmant, le réalisateur n’est ni votre ami, ni votre collaborateur. Il est votre ennemi. Il veut imposer sa vision créative par rapport à la votre. Il veut prendre ce que vous avez écrit, se l’approprier et en retirer tout le crédit.

9. Noircissez un peu votre coeur. Mon ancien et très cher agent, Guy McElwaine, m’a dit: « Il n’y a pas de coeur plus noir que le coeur noir d’un agent. » Même s’il a été mon agent pendant très longtemps – et même si je l’aimais vraiment – est arrivé un jour où je l’ai viré.

10. Ne laissez pas les bâtards vous descendre. Si vous ne parvenez pas à vendre le scénario, ou si vous vendez le scénario mais qu’ils engagent un autre scénariste pour le massacrer, ou si le réalisateur s’attribue tout le mérite de l’écriture dans les interviewes, ou si les acteurs prétendent avoir improvisé vos meilleurs répliques, ou si vous êtes mis à l’écart des conférences de presse, asseyez-vous simplement et écrivez un autre scénario. Et si la même mésaventure vous arrive avec celui-là, écrivez-en un autre, et un autre et encore un autre, jusqu’à ce que vous en ayez un qui soit porté sur grand écran par un réalisateur, mais avec votre propre vision.

C’étaient dont les 10 règles de Joe Eszterhas pour ne PAS devenir scénariste. Ou ne pas le rester. 😉 Ne confondez jamais confiance en soi et arrogance, jeunes Padawans, ou il pourrait vous en cuire…

Source: MovieMaker

Copyright©Nathalie Lenoir 2013



Follow Nathalie_Lenoir on Twitter




2 réflexions sur “ 10 règles (punks) d’écriture de scénarios, par Joe Eszterhas ”

Les commentaires sont fermés