La notion de bon concept est très relative…

Vous êtes sans doute nombreux à vous demander « comment les choses se passent » entre un scénariste et un producteur lors des tant redoutées mais incontournables séances de pitch? Si vous pensez détenir un concept de film révolutionnaire et souhaitez partir à l’assaut de toutes les sociétés de production de la capitale, n’oubliez pas cette loi essentielle: en France comme ailleurs, producteur et scénariste ont des appréciations trèèèès différentes des éléments qui constituent une bonne histoire…

Quel que soit le média pour lequel il exerce sa plume, le scénariste redoute en général les séances de pitch à peu près autant que les dîners avec la belle-famille. Qu’il maîtrise ou non l’exercice d’un point de vue purement pratique, l’auteur sait que d’une part, il a très  peu de chances de placer un projet on spec, mais que, d’autre part, intéresser un producteur à un de ses projets personnels peut rapidement virer au cauchemar, à moins de faire preuve d’une grande souplesse artistique.

Ce qu’il vous faut bien comprendre, c’est que la mission d’un producteur n’est pas tant de faire en sorte qu’un film soit tourné que de s’assurer qu’il soit rentable. La situation économique des secteurs cinématographique et audiovisuel étant ce qu’elle est, il préfère donc prendre quelques précautions préalables. Quant à savoir si cette stratégie est toujours pertinente… 😉


 

Crédits:  jjbbe du site Trolino.com

Vous noterez que l’auteur de cette planche n’est même pas scénariste, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a du nez! 🙂

Copyright©Nathalie Lenoir 2013



Follow Nathalie_Lenoir on Twitter