Dans le bureau de Truman Capote

Rien ne nous en apprend plus sur un auteur que d’examiner le lieu où il travaille. Si quelques scénaristes se vantent de pouvoir écrire n’importe où, la plupart d’entre eux ont besoin de se réfugier dans un lieu dédié. C’est dans ce sanctuaire qu’ils passent de longues heures solitaires à créer leurs histoires, coupés du reste du monde…

Je vous propose aujourd’hui de nous faufiler dans celui du romancier américain Truman Capote. J’avoue me faire particulièrement plaisir sur ce coup-là… 🙂

Né Truman Streckfus Persons, Truman Capote (1924 – 1984) est l’auteur de nombreux romans, nouvelles et pièces de théâtre. Socialite, observateur acide de son époque, on lui doit notamment le roman Breakfast at Tiffany’s, considérablement édulcoré lors de sa transposition sur grand écran par Blake Edwards (scénario: George Axelrod), mais sa grande oeuvre reste sans conteste In Cold Bloodinspirée par un fait divers et qualifiée à l’époque comme le tout premier roman de non fiction, ouvrage que je recommande vivement à ceux d’entre vous qui ne le connaissent pas encore.

Truman Capote s’est beaucoup confié sur ses rituels d’écriture, on sait par exemple qu’il ne pouvait écrire qu’allongé, sur son lit ou un canapé, avec café et cigarettes à portée de main, se décrivant comme « un auteur complètement horizontal ».


S’il débutait ses journées d’écriture en buvant du café, il passait ensuite au thé à la menthe, puis au sherry et au martini. Il écrivait tous ses textes à la main in extenso, n’utilisant sa machine à écrire que pour les dernières versions. Il se voyait comme « un styliste obsédé par la bonne place d’une virgule, le poids d’un point-virgule » et se disait irrité par ces mêmes obsessions chronophages.

Comme maints auteurs, le romancier prisait la compagnie féline.


Sa machine à écrire, une Smith Corona, vient de se vendre sur ebay pour la modique somme de 8,281$, avec deux enchérisseurs seulement, sad but true! Sa demeure new-yorkaise a trouvé acquéreur quant à elle en début d’année pour 12 millions de dollars.


Voici quelques unes des savoureuses citations de Truman Capote au sujet de l’écriture:

  1. A mes yeux le plus grand plaisir de l’écriture ne concerne pas le sujet lui-même, mais la musicalité interne des mots.
  2. Une conversation est un dialogue, pas un monologue. C’est pour cette raison qu’il y a si peu de bonnes conversations: en raison de cette rareté, deux interlocuteurs intelligents se croisent peu souvent.
  3. On ne peut pas blâmer l’auteur pour les propos de son personnage.
  4. Terminer un livre c’est comme traîner un gamin dans l’arrière-cour pour lui tirer dessus.
  5. Toute littérature n’est que ragots.
  6. L’écriture a des lois de perspective, de lumière et de forme, exactement comme c’est le cas pour la peinture ou la musique. Si vous êtes né en les maîtrisant, parfait. Sinon apprenez-les. Puis réaménager les règles pour qu’elles vous conviennent.
  7. Puisque chaque histoire présente ses propres problèmes techniques, on ne peut manifestement pas théoriser à ce sujet sur le mode du deux fois deux égal quatre. Trouver la forme adéquate pour une histoire, c’est trouver la façon la plus naturelle, organique, de la raconter.
  8. Tout écrit, tout art, est un acte de foi.
  9. Mes passe-temps favoris sont la conversation, la lecture, les voyages et l’écriture, dans cet ordre.
  10. C’est une existence atroce d’affronter une page blanche chaque jour et d’avoir à atteindre les nuages pour en redescendre quelque chose à coucher sur le papier.


Dans cette interview télévisée de Truman Capote, invité du Dick Cavett Show, il se confesse au sujet de l’écriture, de son enfance, de ses animaux…


Voici quelques autres ressources au sujet de Truman Capote:

 

Rendez-vous dans quinze jours pour visiter un nouveau bureau d’auteur…

Copyright©Nathalie Lenoir 2012

Follow Nathalie_Lenoir on Twitter

Une réflexion sur “ Dans le bureau de Truman Capote ”

Les commentaires sont fermés