Les espoirs du scénario de Variety: cuvée 2011

Comme chaque année, le magazine Variety, l’une des deux Bibles de l’industrie Hollywoodienne, publie son « Ten screenwriters to watch », liste des scénaristes émergents les plus en vue. Brève présentation de ces jeunes et moins jeunes scénaristes aux profils pour le moins hétéroclites qui affolent le buzzomètre outre-Atlantique et dont vous entendrez probablement parler au cours des prochains mois…

1. Josh Appelbaum n’est pas un auteur débutant puisqu’il a débuté sa carrière… à la fin des années quatre-vingt! Il s’est fait connaitre via le petit écran, s’illustrant notamment sur les séries Alias,  Life on Mars et Happy town en tant que scénariste et producteur. Son comparse, André Nemecest arrivé dans le métier une dizaine d’années plus tard. Il a officié pour le petit écran en tant que comédien, scénariste et producteur, intégrant lui aussi les writers rooms d’Alias,  Life on Mars et Happy town.

Pourquoi Variety semble t-il découvrir ce tandem après tant d’années de bons et loyaux services? Tout simplement parce qu’ils viennent de co-signer le dernier opus de la franchise Mission: Impossible, Mission: Impossible — Ghost Protocol, mis en image par Brad Bird. C’est J.J. Abrams, producteur du film, qui, après leur avoir fait confiance pour Alias leur a mis le pied à l’étrier sur grand écran. Belle entrée en matière, non?

2. Jay Baruchel est à vrai dire plutôt connu comme comédien, enchaînant les rôles de jeunes premiers décalés comme dans The Sorcerer’s Apprentice. Il n’a qu’un crédit en tant que scénariste à ce jour, ayant cosigné le long-métrage, Goon, une comédie sportive qui se déroule dans l’univers du hockey.

Jesse Chabot est moins connu encore, puisqu’il n’avait à peu près rien fait en dehors de stages et d’assistanat, mais depuis que les deux comparses adaptent pour le grand écran Baseballissimo, comédie sportive se déroulant dans l’univers du base-ball adaptée de l’ouvrage éponyme signé  Dave Bidini, les studios Hollywoodiens leur font semble t-il les yeux doux. Vous noterez tout de même le contraste saisissant avec le tandem d’auteurs précédents, comme quoi la hottitude ne tient pas à grand chose…

3. Justin Britt-Gibson n’a encore a son palmarès qu’un article, très chouette au demeurant, pour le Washington Post MAIS l’un de ses spec-scripts a été sélectionné au sein de la désormais buzzissime Black List, ce qui fait, outre-Atlantique, toute la différence. Le jeune auteur souhaite, selon ses propres dires, signer des films « cyniques de gros durs », dans l’esprit de The French Connection ou Point Blank. Ok, ben y’a plus qu’à comme dirait l’autre…

4. Le scénariste britanique Neil Crossquant à lui, a nettement plus de bouteille. Il a notamment travaillé sur les séries MI5 et Luther, dont il est le créateur. Il a également signé une dizaine de romans noirs. Il vit désormais en Nouvelle Zélande tout en continuant à travailler pour le petit écran.

5. Andrew Haigh, scénariste et cinéaste britannique, a débuté sa carrière en tant que monteur assistant avant de réaliser qu’il préférait raconter ses propres histoires plutôt que  d’assembler celles des autres. Il signe Greek Pete, son premier long-métrage en 2009, puis le second, Weekend, en 2011. Si ces films restent relativement confidentiels, ils ont été très remarqués par la presse et dans le circuit des festivals.

6. Kurt Johnstad, qui a fait des débuts tonitruants en cosignant en 2006 l’adaptation cinématographique du 300 de Frank Miller, est devenu en quelque sorte un expert en films épiques et/ou violents. Il a été récemment engagé pour écrire The Gunslinger, un film de James Mangold, l’histoire d’un ancien Texas-Ranger qui cherche à venger le meurtre de son frère.

7. Lauryn Kahn, l’une des deux seules femmes de cette cuvée, n’a jusqu’ici écrit que des courts-métrages, gagnant sa vie en tant qu’assistante de production, mais elle vient de vendre son premier spec-script, He’s Fuckin’ Perfect, à la Fox pour un million de dollars ce qui a fait tout de suite exploser sa cote, d’autant que l’actrice Emma Stone, très en vogue cette année, est attachée au projet. Aux dernières nouvelles, la jeune scénariste n’aurait pas pour autant quitté son « day job ». Il faut dire qu’elle est aux premières loges pour constater la durée de vie d’un auteur hollywoodien…

8. Jon Spaihts a tout d’un performer: au début des années 2000, il quitte son travail et se donne un an pour réussir en tant que scénariste. Il écrit un spec-scriptShadow 19, et parvient à vendre dans la foulée à la Warner Bros. Dix ans plus tard, il signe en tandem avec Damon Lindelof le scénario du buzzissime Prometheus de Ridley Scott, excusez du peu!

9. Brian Yorkey s’est illustré en tant que dramaturge avant de s’intéresser à l’écriture de scénario. Ou plus exactement, le large succès de son dernier spectacle musical, Next to Normal, qui retrace l’histoire d’une mère de famille souffrant de trouble bipolaire, a fait rêver Hollywood d’une adaptation pour le grand écran. Ajoutez à cela Rob Reiner derrière la caméra et le génialissime Robert Downey Junior devant et vous mesurerez mieux l’ampleur du phénomène.

10. Paula Pell a fait ses armes sur le Saturday Night Live et 30 Rock, il y a pire sur un CV! Foncièrement elle a toujours voulu écrire pour le grand écran mais ces shows télévisés ne lui en ont pas encore laissé le loisir. Gageons qu’on lui en donnera l’opportunité lorsque son emploi du temps sera plus calme…

Plus les années -et les listes- se succèdent, plus la méthode de sélection de Variety me semble discutable, tant des scénaristes déjà émérites y côtoient de parfaits inconnus dont on n’entend plus forcément parler par la suite, mais il ne faut pas oublier qu’à Hollywood plus qu’ailleurs la bulle spéculative fait loi…

Pour en savoir plus sur ces scénaristes chauds bouillants, rendez-vous dans les colonnes de Variety

Copyright©Nathalie Lenoir 2011

 
Follow Nathalie_Lenoir on Twitter



Une réflexion sur “ Les espoirs du scénario de Variety: cuvée 2011 ”

Les commentaires sont fermés