Les showrunners hollywoodiens les plus puissants en 2011

Le Hollywood Reporter, revue qui se partage avec Variety le très convoité titre de Bible hollywoodienne, vient de publier son classement annuel des showrunners les plus influents de cette saison. Un classement désormais scindé en deux catégories, drama et comedy, et qui analyse l’influence de cent scénaristes du petit écran.

Intéressons-nous de près à quelques têtes connues sur notre sol…

Petit rappel pour la profane. Un showrunner est le scénariste/producteur exécutif qui est chargé d’encadrer le pool d’auteurs officiant sur une série télévisée. Il est très souvent le créateur du show mais ce n’est pas une condition sine qua non. A noter qu’il est difficile de comparer ses fonctions à celles de son homologue français, le directeur d’écriture, tant la façon de créer des séries diffère entre les deux pays.

Si le classement de l’année dernière était unique, il se scinde désormais en deux catégories, drama et comedy, soit une nomenclature de cent showrunners. Je vous épargne le décryptage intégral de la liste et vous propose une sélection, forcément subjective, de quelques noms à suivre de très près…

Le classement des comédies est relativement sans surprise, entérinant la cote d’amour des créateurs de poids lourds (How I met your mother, Nurse Jackie, 30 Rock, The Simpsons…). Notons toutefois que la première marche est occupée par Salim and Mara Brock Akil, créateurs de The Game, une série lancée en 2006 sur CW et qui est totalement inconnue sur notre sol, et la dixième place de Bill Lawrence, showrunner de Cougar Town (ABC), une série pourtant très malmenée tant en terme de critiques que d’audience…

C’est dans la catégorie Drama que l’on trouve quelques surprises, bonnes et mauvaises. Notons tout d’abord le bond en avant d’Alan Ball, qui gagne dix places pour truster la tête du classement. Pour rappel, on lui doit deux séries évènements, l’existentiallo-familiale Six feet under (2001-2005) et la mystico-foutraque True Blood, toutes deux diffusées par HBO. Tandis que True Blood truste les audiences, il se murmure qu’il prépare pour 2013 un nouveau show, Banshee, toujours pour HBO, miam!

Progression phénoménale pour Vince Gilligan qui déboule en 4ème place du classement drama. Il était temps qu’Hollywood célèbre le talent de ce scénariste qui après avoir fait ses armes sur The X Files, a créé  Breaking Bad pour AMC. Lancé en 2008, ce bijou d’humour noir très cinématographique dans son écriture et son esthétique est devenu incontournable par le biais du bouche à oreille en lieu et place d’un marketing agressif. Walter White et Jesse Pinkman s’apprêtent à vivre leurs dernières aventures en 2012 mais on ignore pour l’heure quels sont les projets télévisuels de leur créateur…

Passons sur les showrunners de grandes séries mainstream, en notant toutefois que Bruno Heller, le boss de The Mentalist (CBS), véritable phénomène en terme d’audience internationale, n’occupe « que » la septième place du classement.

En douzième place, on retrouve Ryan Murphy, en tandem avec Brad Falchuk. On se serait attendu là encore à un meilleur classement si l’on prend en considération le carton planétaire de Glee (FOX). Mais il faut reconnaitre qu’après une réjouissante première saison, l’écriture du show semble partie en roue libre… Quoi qu’il en soit, le créateur de Nip/Tuck (2003-2010) et son comparse nous réservent encore de belles surprises, pour preuve leur nouvel Objet Télévisuel Non Identifié, American Horror History dont le pilote est vraiment prometteur, je dis ça je ne dis rien…

Saluons la belle résistance de Jeff Pinkner & J.H. Wyman, en charge de Fringe (FOX), qui occupent la quinzième position de la liste, car ils ont su magnifiquement redresser la barre après les débuts catastrophiques du show.

Notons enfin la dégringolade (et c’est bien dommage) de Kurt Sutter, père des pourtant formidables Sons of Anarchy (FX networks), qui doit sans aucun doute ce désamour à sa très rafraîchissante grande gueule, mais aussi de Matthew Weiner, ancien auteur du cultissime The Sopranos et heureux père de Mad Men (AMC), qui ne semble pas encore avoir transformé l’essai aux yeux des studios…

Voilà ce qui a attiré mon attention dans ces classements, mais je le répète cette analyse est très subjective. N’hésitez-pas, amis lecteurs, à nous faire partager votre propre ressenti via les commentaires de cet article…

Copyright©Nathalie Lenoir 2011

Follow Nathalie_Lenoir on Twitter


3 réflexions sur “ Les showrunners hollywoodiens les plus puissants en 2011 ”

Les commentaires sont fermés