Et le/gagnant(e) du concours « Jeune scénariste, tout ce que tu dois savoir! » est…

Le couperet est tombé jeunes Padawans! Un immense bravo à tous ceux d’entre vous qui ont participé à ce concours, je dois dire que je ne m’attendais pas à recevoir autant de candidatures, et je vous avoue qu’il a été très difficile de départager la dizaine de participants qui se détachaient finalement du lot, tant leurs textes étaient inventifs et drôles. Trêve de suspense, The winner is… Florence Stollesteiner dont le témoignage m’a beaucoup touchée. Elle remporte un exemplaire de l’incontournable guide Jeune scénariste, tout ce que tu dois savoir! publié aux éditions Dixit et conçu par Frédéric Davoust et Christelle George comme un véritable « guide du routard » de l’aspirant scénariste. Voici son texte…

Merci mille fois pour votre implication, amis lecteurs et pardon à tous ceux d’entre vous qui seront déçus de ne pas avoir été choisis, c’est la dure loi des concours. On pouvait déceler dans la plupart de vos textes de véritables qualités narratives et je vous encourage vivement à persévérer! J’ai reçu de nombreuses candidatures, tour à tour émouvantes et drôles, et ça a été un crève-coeur de ne choisir qu’un texte in fine…

Sachez toutefois que je mets tout en oeuvre pour multiplier les opérations de ce genre… et vos chances de remporter de chouettes prix. 😉

Voici donc le texte de la lauréate du jour, Florence Stollesteiner, qui se voit offrir un exemplaire du guide Jeune scénariste, tout ce que tu dois savoir!  par les éditions Dixit.

Lire. Ecrire. Une obsession. Déjà en primaire, à gribouiller mon premier journal qui pouvait se targuer d’avoir une abonnée. La galère quand une deuxième s’est ajoutée et qu’il a fallu réécrire tout une seconde fois à la main, dure époque où l’ordinateur familial ne trônait pas encore au milieu du salon. Et lire. Lire ! Une véritable drogue. Maman, tu peux m’acheter ce livre ? Et celui-ci ? Et celui-là ? Les livres s’amassent sur la bibliothèque, les journaux s’empilent sur la table du salon, les parents grimacent. L’argent ne coule pas à flot ici. Vite, trouver une alternative : accompagner maman aux courses, se réfugier au rayon librairie, se jeter sur le premier ouvrage venu, puis noter soigneusement la page quand elle vient me rechercher, le caddie plein, pour continuer la prochaine fois. Ou se rabattre sur tout ce qui peut être lu. Tiens, le programme TV, de la lecture chaque semaine ! Vite, absorber, absorber. De nouveaux noms m’apparaissent, Garbo, Lubitsch, Newman. Un autre univers s’ouvre à moi. Lire. Ecrire. Et se plonger dans des films. Beaucoup de films. Mais bientôt les lectures et les films ne suffisent plus à remplir mon quota d’histoires quotidiennes, ou alors j’ai toujours quelque chose à redire. Là, l’auteur aurait pu faire beaucoup mieux ! Et ce personnage ! Un gâchis complet ! Alors, je décide de prendre la plume, et les histoires se déversent sur les feuilles blanches. J’y pense tout le temps : aux repas, à l’école, et même le matin, dans le lit, les yeux grands ouverts. « Pas encore levée ?! Mais tu as vu l’heure ?! ». Mais maman, je réfléchis à mon histoire ! « Tu penseras une autre fois. Allez, lève toi, tu as des devoirs. » On ne me comprend pas. M’accuse de lambiner alors que dans ma tête les rouages de mon histoire se mettent en place. Et soudain, idée géniale : pourquoi pas mêler écriture et cinéma, mes deux passions ? De nouveau des histoires dans ma tête. Mais en format 16/9. Les feuilles blanches de Word défilent. Les idées saugrenues aussi. C’est l’histoire de deux agents de la CIA, l’un en veut à l’autre, et il veut le piéger dans une ville, avec des hélicoptères, des voitures enragées à leur trousse et tout. Trop hollywoodien. J’abandonne. Et pourquoi pas l’histoire d’une fille qui aurait un talisman magique ? Des cahiers se remplissent de mon écriture maladroite, des dizaines de documents Word cachent le fond d’écran de l’ordinateur du salon. Alors, peut-être bien que ces histoires resteront à jamais des icônes sur un ordinateur, des cahiers poussiéreux empilés dans un coin de la chambre. Ou peut-être… Qui sait ? Peut-être qu’un jour un cinéma projettera l’histoire de deux agents de la CIA avec des hélicoptères et des voitures enragées à leurs trousses…

Florence Stollesteiner

A très bientôt pour un nouveau concours!

Copyright©Nathalie Lenoir 2011

Follow Nathalie_Lenoir on Twitter