Scénario-Buzz

L'écriture entre les lignes

La relation scénariste/réalisateur: le point de vue de Laurent Tirard

Si en télévision, le scénariste croise rarement celui ou celle qui mettra son texte en images, leur rencontre est au cœur même de la création cinématographique. De l’alchimie plus ou moins forte de leur association dépend la qualité de narration d’un futur film, aussi le sujet mérite t-il d’être creusé.

Je vous propose aujourd’hui d’écouter le témoignage de l’auteur-cinéaste Laurent Tirard.

La relation avec un réalisateur est l’un des aspects que je préfère dans mon métier, au point de privilégier depuis deux-trois ans les projets pour le grand écran, malgré les péripéties économico-shakespeariennes et les contretemps qui vont souvent de paire (sic!) …

C’est que voyez-vous, amis lecteurs, chacune de ces collaborations à géométrie variable est une aventure humaine enrichissante, n’oublions pas que le scénario est la pierre angulaire d’un travail grandement coopératif entre le ou les auteurs et tous les intervenants du futur film.

J’ai déjà traité le sujet dans ces colonnes, et compte bien y revenir dès que l’occasion se présente, parce qu’il est toujours passionnant de savoir comment des confrères abordent leur travail.

Je vous propose aujourd’hui d’écouter cette interview de l’auteur et cinéaste Laurent Tirard (Molière, Le Petit Nicolas…), qui conçoit l’écriture avec Grégoire Vigneron comme une simple collaboration entre co-scénaristes, sans hiérarchie réelle même s’il lui incombe bien entendu, en tant que réalisateur, de trancher face à certaines décisions.

A noter que leur relation professionnelle se décline sous diverses formes: ils co-écrivent également des films que réalise Grégoire Vigneron (Sans laisser de traces) et des films pour d’autres cinéastes comme Éric Lartigau.

 



Laurent Tirard : le couple scénariste/réalisateur par SACD

Copyright©Nathalie Lenoir 2011

Follow Nathalie_Lenoir on Twitter



Bookmark and Share

Auteur : Nathalie Lenoir

Nathalie Lenoir est scénariste (cinéma/TV) membre de la Guilde Française des Scénaristes, blogueuse et écrivain. Elle a rédigé des articles pour de nombreux sites web et pour la presse papier, notamment les revues Synopsis, Ciné-Studies et La Gazette des Scénaristes.

17 Commentaires

  1. Ouais, l’écriture à deux c’est super….. quand c’est moi qui décide!
    Quand le réalisateur est aussi co-scénariste, ce qui arrive souvent, ils veulent tous s’y mettre histoire de récupérer un titre et un p’tit pourcentage supplémentaire…c’est quand même leur opinion qui prime, point.
    On a beau leur dire que c’est pas cohérent, que c’est pas structuré, que ca va mettre a mal, dix scènes plus loin, un détail qui compte, ils s’en foutent.

    Je sort de deux long métrages co-écrit et j’ai très hâte de m’y remettre.. tout seul !

    Qui peut leur en blâmer, ils doivent assumer tout ce qui sera tourné et montré, c’est leur bébé, leur vision de choses.
    je gagne ma vie (plus ou moins :) depuis longtemps en travaillant dans la post prod, hé bien c’est pareil, si un réalisateur nous dis de faire un truc, même très laid; on le fait. et il est content.
    la séquence est ridicule, ou improbable, on est juste là pour faire du mieux notre travail.

    (Les réals ont, pour la plupart, un tel mépris pour la technique ou l’esthétique que ça fait peur..ce qui explique le style des films français…)

    Donc on écrit pour quelqu’un, pas avec quelqu’un.
    Quelque soit l’amitié, ou la connivence que l’on peut avoir avec l’autre.

    Oui, je sais, c’est que mon avis, mais c’est ce que constate…
    évidemment, si tu t’appelle « truc » ou « bidule », c’est sur, là… tu peux faire un machin mal fait, personne n’ira te le faire recommencer… :)

  2. Je ne partage pas votre opinion Thierry, ou disons que je voudrais y mettre un bémol. Tous les réalisateurs français ne se comportent pas de la sorte, bien au contraire.

    C’est vrai que j’ai déjà eu maille à partir avec le genre de spécimen que vous décrivez mais la plupart du temps j’ai eu de la chance et j’ai pu collaborer avec le ou la cinéaste dans une atmosphère de respect et d’écoute. Il faut dire aussi que je les sélectionne! ;-)

  3. je vous rassure, la personne avec j’écrivais était un vieux pote a moi.
    je me gênais pas pour dire ce que je pensais et lui non plus, c’était très sain!
    mais a la fin, c’est lui qui a le dernier mot.
    (et je parle pas du producteur qui s’y mettait aussi..;))

    vous le savez,
    Personne ne va dire a monsieur Veber ; « ouais, c’est sympa votre « doublure » mais vous auriez pas oublié d’écrire un climax, par hasard? »
    ou a Aja ; « ouais, on sait, piranha3d c’est naze, mais vous auriez pu au moins écrire le troisième acte..! »

    j’ai l’air de me plaindre, mais on apprend de tout, donc je part confiant sur mes autres projets.
    merci pour les piqûres de rappel régulier de votre blog, je devrais m’imprimer ca et le scotcher quelque part…( moi qui aime bien les fiches collées aux mur.. :))

  4. C’est comme partout, il y a une dose de cons et des incompétents aussi chez les réalisateurs. J’ai travaillé avec certains atteints du SERF (syndrôme égocentrique du réalisateur français) et d’autres qui sont ouverts, intelligents… et qui ne partent pas du principe qu’ils ont toujours raisons. Je crois qu’il ne faut pas généraliser.

  5. Je suis plutôt d’accord avec le premier commentaire de Thierry, c’est une triste vérité. Je l’ai déjà plus ou moins écrit quelque part ici.
    J’aimerai croire ce que dit YLG. J’attends de rencontrer les autres …

  6. Vous feriez mieux de partir à leur recherche Fréha plutôt que d’attendre de faire leur rencontre…

  7. en effet, ne généralisons pas!
    je parle juste de ce que je vois et du peu que j’ai connu jusqu’ici.

    il y a aussi une autre thématique que vous pourriez aborder; les fiches de lectures.
    que faut-il en penser, comment séparer le bon grain, une remarque majoritaire a-telle forcement raison? etc…
    parlez nous de votre expérience…

  8. J’ai déjà consacré un article à ce sujet, même s’il est humoristique, je suis loin de n’y raconter que des sottises ;-) : http://www.scenario-buzz.com/2011/05/30/apprendre-a-gerer-la-critique-en-10-lecons/

  9. Mais je suis toujours en quête Nathalie, ma porte est grande ouverte. J’ai fait beaucoup de rencontres … j’attends juste celles qu’on loue ici ou la. C’est comme pour le diamant, c’est rare, et il faut donc continuer inlassablement.

  10. Pingback : Scénario-Buzz » Blog Archive » 29 façons de rester créatif

  11. Pingback : 5 règles d’or pour traiter l’écriture comme un vrai métier | Scénario-Buzz

  12. Pingback : 10 façons de saboter à coup sûr sa carrière de scénariste | Scénario-Buzz

  13. Pingback : Festival International des Scénaristes 2012: le débriefing | Scénario-Buzz

  14. Pingback : Comment faire lire son scénario à un producteur? | Scénario-Buzz

  15. Pingback : Le métier de scénariste: interview de Corinne Atlas | Scénario-Buzz

  16. Pingback : Dans le bureau d’Elizabeth Verry | Scénario-Buzz

  17. Pingback : Coup de coeur pour Alfred de Mathieu Rigot | Scénario-Buzz