Gros plan sur mes filleuls du Marathon d’Ecriture du Court-Métrage

Les fidèles lecteurs de ce blog ont beaucoup entendu parler de la dernière édition du Festival International des Scénaristes de Bourges puisque j’avais la grande chance d’y être invitée en tant que marraine du Marathon d’Ecriture du Court-Métrage. J’ai largement relaté l’évènement via mon compte Twitter et les colonnes de Scénario-Buzz mais il me reste à évoquer le cœur même de cette bien belle expérience, à savoir la rencontre avec mes filleuls, deux talentueux jeunes scénaristes dont vous entendrez très certainement beaucoup parler dans les années à venir.

Permettez-moi donc de faire les présentations…

Lorsque j’ai reçu, il y a quelques mois, une invitation à jouer les marraines lors de la quatorzième édition du Festival International des Scénaristes, je me doutais bien que ce serait une expérience hors du commun, mais je ne m’attendais pas à vivre un tel concentré d’émotions. Il faut dire qu’une fois qu’on est plongé dans l’atmosphère si particulière du marathon, il est difficile de ne pas se prendre au jeu!

Pour ceux qui n’ont pas suivi mes aventures berruyères en live via Twitter, et qui n’ont pas lu mon bilan dans ces colonnes, je vais donc résumer les choses.

Le Marathon d’Ecriture du Court-Métrage est l’une des manifestations phare du festival. Vingt-six jeunes auteurs, choisis parmi des centaines d’autres grâce à un échantillon de leur travail, ont quarante-huit heures pour signer un scénario de court-métrage de dix pages maximum à partir d’un thème imposé, qu’ils découvrent au début du marathon.

Chaque marathonien travaille seul pendant vingt-quatre heures, dans un espace dédié, avant de rencontrer le tandem de professionnels (un scénariste et un producteur) qui va l’encadrer au cours des dernières vingt-quatre heures.

Cette année, le sujet était une courte scène rédigée par Gilles Marchand, président de l’édition 2011 du festival, qui devait être incluse dans les scénarios. Je ne reviendrai pas sur le détail du marathon mais avant de fermer le chapitre, je souhaitais vous présenter les deux filleuls que j’ai épaulés en compagnie du producteur Manuel Collas De La Roche (Lotus Productions), tant j’ai été bluffée par leur talent.

 






 

Bruno Oré

Né en 1985 à Paris, Bruno Oré participe dès le lycée à des ateliers d’écriture organisés par l’association Les Engraîneurs qui accompagne des jeunes de Pantin dans la réalisation de projets cinématographiques. Grace à cette expérience, il remporte le prix France 2 au Festival de Brest pour le moyen-métrage Des Terres Minées.

Il crée un site Internet consacré à l’écriture et au scénario (supprimé depuis) et rencontre d’autres internautes partageant cette passion, dont Denis Lima, avec qui il co-écrit en 2009 un épisode de RIS, Police Scientifique pour TF1. En parallèle de ses études de cinéma, il développe plusieurs projets personnels dont le court-métrage d’animation Les Messagers, remarqué par Pascal Le Nôtre de Folimage lors du Festival International des Scénaristes. Le court-métrage est en cours de développement.

Bruno passe actuellement des tests pour diverses séries télévisées et il réalise cinq spots publicitaires pour L’Envolée Bleue, une association étudiante. Les clips seront projetés au Forum des Images dans le cadre du Festival Silence, On Court.

Lors du Marathon, il nous a épatés avec sa comédie d’anticipation La loi c’est moi, un petit bijou d’humour cynique qui suit les mésaventures électorales d’un dictateur complexé par sa petite taille.

 






 

 

Né à Brest en 1983, Guillaume Martin passe un bac scientifique et se lance dans des études de Biologie afin de « mieux comprendre le monde qui l’entoure ». Après trois années qui lui apprennent « le nom Latin de ses fruits de mer favoris » et le convainquent qu’il n’est pas fait pour graviter dans le milieu scientifique, il quitte ses travaux estivaux d’agent de sécurité et de gardien de parking et intègre l’ESRA à Rennes. Il commence à travailler en parallèle pour une entreprise de pompes funèbres. Son diplôme en poche, il passe quelques mois à Paris mais le manque d’océan se faisant ressentir, il rejoint sa ville natale à l’aube de l’année 2008. Depuis ce temps, il s’occupe en travaillant dans un crématorium, dessinant  « des petites farces » pour son blog, Ça change des raviolis, et réalise des films amateurs à l’aide de ses quelques caméras Super 8.

 



En 2009, il est finaliste du concours European Short Scripts de NisiMasa avec La bouche des enfants. Dans le même temps, il signe avec Anne Sarkissian d’Iloz Productions. Le tournage est prévu pour l’été 2011.

Au terme du Marathon (auquel il participait pour la seconde année consécutive), Guillaume a remporté à la fois le Prix de la Création, le Prix de la Jeunesse et la Mention du Grand Prix pour son scénario Raoul et Goldorak, une comédie à la fois tendre, poétique et totalement déjantée, une vraie pépite! Gageons qu’il la mettra elle aussi en images dans les mois à venir…

Avouez qu’ils assurent méchamment mes Padawans! Non seulement ils sont pétris de talent et de maturité malgré leur jeune âge mais ils sont adorables, ce qui ne gâche rien. Nous avons bien l’intention, les uns comme les autres, de rester en contact donc attendez-vous, chers lecteurs, à ce que je vous reparle d’eux très prochainement…

Copyright©Nathalie Lenoir 2011

 

Follow Nathalie_Lenoir on Twitter