Coup de coeur pour The Countess, aujourd’hui en salles

Comme certains d’entre vous ont dû le remarquer, je voue un véritable culte aux films de vampires. Aujourd’hui sort en salles le troisième long-métrage de Julie Delpy, cinéaste brillante et singulière. Dans The Countess, elle explore  avec brio le destin d’Erzebeth Bathory, l’un des deux personnages historiques qui ont donné naissance au mythe vampirique.

Premières images…

Née en 1969, fille de comédiens de théâtre, Julie Delpy suit l’héritage familial dès l’adolescence. Elle fait ses débuts d’actrice auprès de… Jean-Luc Godard (Détective, 1985), de Leos Carax (Mauvais Sang, 1986) puis de Bertrand Tavernier (La passion Béatrice, 1987), excusez du peu!

Dès les années quatre-vingt-dix, elle alterne les tournages en France et aux Etats Unis. Elle tourne notamment pour Krzysztof Kieslowski dans son triptyque Trois couleurs, Bleu (1993), Blanc (1994) et Rouge 1994), et pour Roger Avary dans son déjanté Killing Zoe (1993).

En 1995, Julie Delpy écrit et tourne son premier court-métrage, Blah Blah Blah, présenté au Festival de Sundance. Elle passe au long-métrage en 2002 avec Looking for Jimmy, film qui reste relativement confidentiel mais lui permet de gagner l’estime de ses pairs. En 2004, elle co-signe  et co-interprète avec Ethan Hawke Before Sunset (réalisation:Richard Linklater), film qui leur vaudra une nomination pour l’Oscar du Meilleur Scénario et un large intérêt médiatique qui permet à la jeune cinéaste de mettre en chantier son second long-métrage.

Sorti en 2007, 2 days in Paris remporte un large succès, en France comme aux USA. La presse compare, à juste titre, cette comédie férocement intelligente au cinéma de… Woody Allen! On aurait pu penser, à l’époque, que ce succès tant commercial que médiatique faciliterait la préparation de son troisième film, mais c’était sans compter son sujet sulfureux.

Depuis près de dix ans, Julie Delpy nourrissait l’envie de consacrer un biopic à Erzebeth Bathory (1560-1614), comtesse hongroise qui a inspiré  le personnage de la méchante sorcière de Blanche-Neige, mais aussi donné naissance au mythe du vampire femelle, on pense notamment au superbe conte Carmilla de Joseph Sheridan Le Fanu. Veuve puissante, délaissée par son jeune amant, la « comtesse sanglante » développa une terrible obsession pour la jeunesse. Persuadée que le sang de vierge pourrait empêcher sa propre beauté de faner, la comtesse fit assassiner un grand nombre de jeunes femmes.

Après de nombreux contretemps de pré-production et moult désistements de comédiennes au sujet du rôle titre, The Countess sort enfin en salles.  Il ne s’agit aucunement d’un film de vampires, mais du portrait troublant et archi esthétique de ce personnage mythique, une analyse subtile des mécanismes qui plongent une femme finalement très en avance sur son époque dans les affres de la folie.

Je vous invite à découvrir une bande-annonce qui vous donnera, je l’espère, envie de vous ruer en salle…

Je vous recommande également la lecture de l’interview que la cinéaste a accordée au webzine Excessif, elle y évoque la longue genèse du projet et ses influences artistiques, mais aussi ses projets en cours. Julie Delpy prépare déjà ses deux prochains longs-métrages, Les passages, qui sortira dans quelques mois et Skylab, annoncé pour 2011.

Copyright©Nathalie Lenoir 2010

Une réflexion sur “ Coup de coeur pour The Countess, aujourd’hui en salles ”

Les commentaires sont fermés