Le cinéaste Djamel Bensalah héros d’un mauvais fait divers

A force d’imaginer les situations les plus rocambolesques, les auteurs se voient hélas parfois rattraper par une réalité plus énorme que n’importe quelle fiction. Dernier exemple en date, Djamel Bensalah.

Le jeune réalisateur et scénariste vient de faire les frais d’une farce de très mauvais gout mais qui l’inspire, selon ses propres dires, pour l’écriture d’un futur film.


Découvert en 1999 avec Le ciel, les oiseaux,… et ta mère!Djamel Bensalah a confirmé son gout pour la comédie vitaminée avec Le Raid (2002), puis Il était une fois dans l’Oued (2005), des longs-métrages co-écrits avec Gilles Laurent. En 2007, le tandem signe un western entièrement interprété par des enfants, Big City.

Djamel Bensalah sur le tournage de Big City

Le cinéaste vient de trouver matière à un futur film de bien désagréable façon. Selon 20 minutes et RTL, il aurait été victime d’usurpation d’identité, et ce depuis plusieurs mois.

Non content de s’inviter en son nom à des festivals de cinéma ou des avant-premières de films, son double s’est permis de répondre à des interviews à sa place et de proposer des sujets à des producteurs! Djamel Bensalah s’est même vu  fiché à la Banque de France, l’usurpateur ayant dépensé de grosses sommes. Loin de se laisser dévaster par cette vilaine expérience, le réalisateur songerait à l’exorciser sous forme de film. Comme quoi pour les vrais artistes, l’inspiration nait vraiment des expériences les plus inattendues…

Copyright©Nathalie Lenoir 2010