Pitch online, vidéopitch, réelle opportunité ou manne financière?

Si en France le terme fait encore peur, le pitch est quasiment une discipline olympique outre-Atlantique. Stages, séances de coaching et autres manuels pratiques y sont incontournables. Il fallait s’y attendre, l’essor du Net et le succès des sites de vidéos online sont en train de faire naître une nouvelle tendance. Reste à savoir à qui elle va réellement profiter…

Pour un scénariste en activité, pitcher une idée de film consiste concrètement à convaincre un décideur, en très peu de temps, de lui commander l’écriture du scénario. Si en France cette étape est très informelle (tout du moins en apparence), l’exercice est on ne peut plus normalisé aux USA: timing, déroulement de l’entretien, nombre de points à aborder… tout fonctionne selon des règles établies depuis des décennies. Pour en savoir plus sur l’art du pitch, je vous conseille de lire ou relire l’article Savoir pitcher un projet.

Depuis plusieurs années déjà, des créateurs de tout ordre ont saisi la formidable opportunité que représente le Net pour la promotion de leurs oeuvres. Des sites communautaires comme Myspace (et ses déclinaisons Myspace music, Myspace film, Myspace boudoir…), Deviantart ou Youtube permettent à des musiciens, réalisateurs, peintres, photographes, graphistes… de promouvoir leurs oeuvres, de communiquer sur leurs projets. Force est de constater que pour un scénariste l’exercice est plus délicat, dans la mesure ou sa création n’est pas destinée à être lue mais traduite en image…

S’il existe diverses méthodes pour apprendre à présenter un projet de scénario (coaching, manuels pratiques…), rien n’est plus difficile pour un scénariste débutant que de décrocher ce fameux rendez-vous avec un producteur. Certains auteurs pensent avoir résolu l’équation: pourquoi ne pas simplement se filmer en train de pitcher son script? Evidemment, plusieurs compagnies ont aussitôt flairé ce filon lucratif.

Un site nommé Myvisualpitch.com vient de voir le jour sur la toile anglophone. Il propose aux auteurs (et autres créatifs) de créer un profil, moyennant un abonnement (10$ par mois) et d’y poster ses vidéopitches. Pour quoi payer pour rejoindre cette communauté alors qu’on peut poster gratuitement sur d’autres? Mais voyons, parce que c’est  » un nouveau marché révolutionnaire où les artistes peuvent vendre leurs scénarios… à l’industrie professionnelle comme ils n’ont jamais pu le faire auparavant »! Si ce n’est pas un argument en or ça…

Plus sérieusement, j’appelle les aspirants scénaristes à la plus grande vigilance (et au réalisme qui va de paire) face à ce genre de soi disant opportunités. Croyez-vous vraiment que des producteurs sérieux iront faire leur shopping sur ce genre de sites?

Attention, je ne nie pas le potentiel du Net dans ce genre de démarches, bien au contraire, j’appelle seulement à la réflexion. Des sites gratuits comme Myspace sont justement réputés pour regorger de talents artistiques et leur avoir servi de tremplin à maintes reprises. Le « handicap » et l’isolement des jeunes scénaristes ne s’estompera pas avec la naissance de ces sites payants.

A noter qu’une initiative similaire mais nettement plus sérieuse vient de voir le jour sur notre sol. Shorts TV, une chaîne diffusée sur Noos qui est entièrement dédiée aux courts-métrages, vient de lancer une émission intitulée Le Pitch. Les réalisateurs, scénaristes et autres porteurs de projets ont trois minutes pour les présenter à l’antenne.

Comment débuter une carrière de scénariste, nouer des contacts professionnels? C’est vrai, Internet est un formidable vecteur mais encore faut-il savoir utiliser ses ressources en la matière. Ceci fera l’objet d’un (très) prochain article.

Copyright©Nathalie Lenoir 2007



2 réflexions sur “ Pitch online, vidéopitch, réelle opportunité ou manne financière? ”

Les commentaires sont fermés