Pourquoi la chat est le meilleur ami du scénariste

Le cheval passe pour la « plus belle conquête de l’Homme », le chien, pour son meilleur ami, mais je vais vous faire une confession, pour un scénariste, le chat est, de loin, le meilleur des compagnons!

Petite démonstration…


De Colette à René Char, en passant par Jacques Prévert, Albert Camus, Charles Baudelaire, ou Ernest Hemingway, de nombreux auteurs ont couché sur la page leur amour pour leurs félins. Vous êtes vous jamais demandé pourquoi? Manque d’inspiration, mièvre attendrissement? Que nenni chers lecteurs! De tout temps, les auteurs ont adoré les chats car les chats ADORENT les auteurs. Les chats sont écrivains friendly, les chats kiffent grave les scénaristes! Si vous n’êtes pas muni d’une de ces formidables bestioles, passez immédiatement commande auprès de vos conjoints, amis, parents, voisins, ou mieux encore, du Père Noël. Vous hésitez? Voici quelques arguments infaillibles.


Colette et l’un de ses chats

Le chat trouve génial, LUI, que vous soyez scénariste.

Voilà un travail de rêve qui vous oblige à passer la majeure partie de votre temps enfermé à la maison avec LUI. Il a ainsi l’assurance de genoux disponibles, de câlins à volonté, de repas à heures fixes, de bac à sable régulièrement nettoyé, bref de jouir à volonté de son statut de centre du monde. Notez toutefois que si votre activité professionnelle ne vous permet pas au minimum de lui payer ses croquettes, et la garantie de radiateurs chauds, vous perdrez totalement l’estime de votre chat.

Le chat soutient, en conséquence, votre carrière.

La preuve? Il squatte votre bureau, vos genoux, votre clavier d’ordinateur. Votre prose le rend tellement enthousiaste qu’il ne dédaigne pas y ajouter sa patte (c’est le cas de le dire) à l’occasion. Pensez à sauvegarder votre texte régulièrement!
On peut donc raisonnablement considérer son chat comme un co-scénariste de premier plan.

Le chat regonfle votre ego.

Et il en a bien besoin, votre pauvre ego de scénariste, tout malmené qu’il est par votre banquier, votre belle-mère, vos voisins, votre poisson rouge (le poisson rouge est une sale bête)…

Mieux encore, le chat ne peut pas lire votre prose, vous n’aurez donc pas à le lui demander, ce qui évitera de gâcher votre belle amitié.

Tandis que vous suez sang et encre pour donner naissance à des chefs d’œuvres, le chat vous couve d’un regard énamouré, le regard qui lui assure genoux disponibles, câlins à volonté, repas à heures fixes, bac à sable régulièrement nettoyé et radiateurs chauds. Mais vous, pauvre scénariste à l’ego malmené, en déduirez que ce regard témoigne toute son admiration pour le grand auteur que vous êtes (ou deviendrez prochainement). Le chat est un gros malin.

Le chat vous apaise

Et quand l’auteur est paisible, il se concentre mieux. Quel plus harmonieux son pour accompagner celui des doigts courant sur le clavier qu’un ronronnement d’extase? Attention tout de même à ne pas vous endormir…

Le chat est zen, le chat vous montre le bon exemple.

Le chat ne vous juge pas

Comment un être qui passe les trois quarts de son temps à dormir pourrait-il vous reprocher une petite crise de procrastination?!
Le chat vous aime autant vautré sur le canapé que studieusement vissé à votre fauteuil de bureau.

De la même manière, le chat ne vous demandera jamais combien d’argent vous gagnez, si vous emballez beaucoup de filles/garçons, si ce documentaire formidable est diffusé sur une chaîne hertzienne ou câblée, si vous participez à la promotion du dernier film que vous avez écrit, si l’on a pensé à vous inviter à la soirée de première, et il ne songera même pas à vous demander CE QUE C’EST, UN SCÉNARISTE!
De toute façon, ça il le sait pertinemment, pensez donc! Hippolyte Taine n’a t’il pas proclamé « J’ai beaucoup étudié les philosophes et les chats. La sagesse des chats est infiniment supérieure »?

Alors, convaincus? Elle n’est pas belle, la vie avec un chat?
Dans un souci d’honnêteté, je dois toutefois vous informer qu’il y a un revers à la médaille…

Le chat est une sale bête!

  • Il veut jouer précisément quand vous êtes en plein travail.
  • Il veut MANGER à heures fixes, c’est à dire précisément quand vous êtes en plein travail.
  • Si vous ne cédez pas sur le champ, il vous engueule.
  • Le chat ne fait pas que ronronner, il ronfle aussi, et très fort!
  • Il mange vos crayons, vos livres et cahiers.
  • Il cache vos capuchons de stylos sous les meubles.
  • Il rejoue la scène de King Kong gravissant l’Empire State Building… dans vos bibliothèques!
  • Il se fait les griffes contre les pieds de votre bureau, ô sacrilège!
  • Il pose son cul sur votre clavier!
  • Il renverse votre tasse de thé / café sur vos relevés de droits d’auteurs (vous n’aviez qu’à les ranger!)
  • Il vous abandonne sans vergogne pour guetter les oiseaux par la fenêtre ou se chauffer le cul sur un radiateur.
  • Il refuse de répondre au téléphone. De là à le traiter de bouche inutile…

Mais vous lui pardonnerez bien vite ces petits désagréments, car votre félin est le seul être qui vous comprenne, qui vous admire (même s’il fait semblant), qui soutienne vos choix de carrière. Bref, amis scénaristes, le chat est un compagnon formidable pour flatter votre narcissisme!

Post Scriptum: A l’heure où j’écris ces quelques lignes, j’ai non pas un, mais DEUX chats sur les genoux (oui, je confirme, c’est loin d’être pratique), de là à en déduire que je suis EXTRÊMEMENT narcissique….

Copyright©Nathalie Lenoir 2009

Follow Nathalie_Lenoir on Twitter



37 réflexions sur “ Pourquoi la chat est le meilleur ami du scénariste ”

Les commentaires sont fermés