La bible et le pilote: deux étapes incontournables dans l’écriture d’une série télévisée

Lorsque que l’on parle de série, quel que soit son format, il y a deux étapes de travail qui sont incontournables, car c’est à partir de ces deux documents que la série va voir le jour et se développer harmonieusement. Il s’agit de la Bible et du Pilote.

La Bible

Comme son nom l’indique, la Bible est le fondement même de la série. Il s’agit d’un document qui met en place tous les éléments de la future série.

C’est un texte que vont utiliser tous les auteurs qui seront engagés pour écrire un épisode (ou plusieurs), mais aussi tous les autres intervenants : producteur, réalisateurs, techniciens, acteurs…

Tout d’abord, elle fait l’exposé des sujets et des thèmes qui seront abordés, une note d’intention en somme (voir article Comment présenter son projet).

Si il est évident que l’auteur qui crée la série connaît à la perfection l’univers qu’il a inventé, il est fondamental que chaque auteur qui, par la suite, prendra part à l’écriture d’un épisode puisse avoir la même maîtrise du sujet. Lorsque’ une série est réussie, on a l’impression que l’auteur, le réalisateur et l’équipe technique sont toujours les mêmes, quel que soit l’épisode regardé, alors que ce n’est pas le cas. Cette unité, cette cohérence, sont dues en grande partie à la Bible.

La Bible va donc disséquer et présenter en détail chaque personnage, chaque décor emblématique, chaque élément nécessaire à la parfaite immersion créative des futurs intervenants. Les renseignements sur les personnages, leur biographie, représentent la majeure partie du document. Ils doivent tous être décrits avec précision, tant physiquement que moralement et psychologiquement.

Chaque détail a son importance, leur manière de s’exprimer, de marcher, de se vêtir, leurs phobies, leurs tics, leurs habitudes alimentaires… et surtout, leur passé et leurs relations entre eux.

Ce document va évoluer au fil des épisodes, des tournages. Les épisodes précédents y seront résumés afin de pouvoir suivre l’évolution des personnages et des intrigues. Alors qu’au début d’une série, une Bible ne comptera qu’entre trente et cinquante pages, elle pourra en atteindre des centaines, au fil des épisodes, si la série dure plusieurs années. Chaque nouveau personnage, chaque nouvelle information sur le héros ou l’histoire générale, devront être ajoutés à la Bible afin qu’un auteur ou un réalisateur qui n’ont vu aucun épisode puissent  » prendre le train en marche  » et que l’épisode auquel ils collaborent ne dénote pas avec le reste de la série.

Le Pilote

Le pilote d’une série, c’est son premier épisode, celui qui va avoir la lourde tâche de présenter les personnages, leur univers, leur histoire, mais aussi d’établir le ton de la série, de suggérer les grands thèmes qui seront abordés par la suite.

Vaste programme ! C’est l’un des exercices d’écriture les plus difficiles qui soient, parce qu’il implique d’avoir déjà une solide idée de ce qui va se passer dans les épisodes suivants, de la manière dont les personnages et l’histoire de base vont évoluer.

A noter qu’aux Etats Unis, le pilote est plus un épisode zéro qu’un premier épisode, car, s’il est effectivement tourné, les créateurs ne le montrent généralement qu’aux diffuseurs. Lorsque le projet est accepté, le scénario du pilote est réécrit, développé, et tourné à nouveau pour devenir l’épisode 1, celui que les spectateurs verront.

Le pilote ne s’écrit donc pas comme n’importe quel épisode, son enjeu est colossal.

Si un long métrage de cinéma ou un téléfilm unitaire se vendent essentiellement à partir de leur synopsis (voir article Comment présenter son projet), l’avenir d’une série télévisée se joue sur son pilote. Au niveau de la vente à un producteur, un diffuseur, dans un premier temps, et, par la suite, du point de vue de l’audimat. Si le public boude cet épisode  » test « , il n’y a pratiquement aucune chance que d’autres épisodes voient le jour.

Quand un auteur décide d’écrire pour la télévision, il ne doit pas songer qu’à se faire plaisir, à écrire  » l’histoire de ses rêves « . Les attentes du public, le contexte social et la politique des diffuseurs sont des aspects incontournables et sont à prendre en compte dès la genèse du projet. L’audimat aura toujours le dernier mot, mais les goûts des téléspectateurs évoluent sans cesse.

Le premier devoir du scénariste de télévision est non seulement de connaître et comprendre l’air du temps, mais plus encore, d’être capable de l’anticiper.

Copyright©Nathalie Lenoir 2002