Scénario: les normes françaises

Le scénario est la transcription fidèle de tout ce que le spectateur verra à l’écran. C’est un outil de travail et en aucun cas un texte littéraire, il s’agit de créer des images. Scène après scène, il décrit les décors, les personnages et leurs actions et, bien entendu, on y trouve les dialogues.


  • une page de scénario = une minute à l’écran
  • conclusion logique, un scénario de long métrage qui comporte 30 pages, ou 300, paraîtra suspect et desservira le projet
  • il faut séparer distinctement les intitulés de scènes, les didascalies et les dialogues
  • si la familiarité, voire la grossièreté peut trouver sa place dans les dialogues (dans la bouche des personnages), elle est inacceptable dans les didascalies (celle de l’auteur)
  • la grammaire et l’orthographe doivent être irréprochables, c’est évident en théorie, mais en pratique…
  • il faut numéroter les scènes sinon, le lecteur s’y perd
  • il vaut mieux numéroter les pages du scénario
  • les didascalies doivent être claires et concises, pas littéraires et poétiques
  • pas de dessins, petites fleurs, œuvre impressionniste ou fresque rupestre sur la couverture, c’est inutile et signe d’amateurisme
  • nul besoin d’indiquer le numéro de dépôt sur la couverture, c’est encore une marque d’amateurisme, le dépôt est considéré comme un fait acquis par les sociétés de production

Et enfin, le scénariste ne doit pas oublier l’aspect budgétaire de son œuvre, nous ne sommes pas aux Etats-Unis. Don, exit l’accumulation d’effets spéciaux hors de prix, de décors et de lieux de tournage dignes de George Lucas…

Copyright©Nathalie Lenoir 2004



Une réflexion sur “ Scénario: les normes françaises ”

Les commentaires sont fermés