True Blood saison 2: retour triomphal

Depuis son lancement en septembre 2008, True blood créé l’évènement outre-Atlantique. Si cette fiction réunit tous les ingrédients du succès: un thème -les vampires- furieusement tendance, un auteur vedette- Alan Ball- et un savant mélange entre horreur, comédie et érotisme, elle est toutefois destinée à un public « averti ».

Le premier épisode de la seconde saison, qui vient d’être diffusé sur HBO, a enregistré une audience historique pour la chaîne. Il faut dire qu’on n’avait jamais vu pareille campagne marketing en la matière…

HBO n’avait pas connu une telle audience depuis la diffusion, en juin 2007,de l’ultime épisode de sa série phare, The Sopranos. Le Season Premiere de la saison 2 de True Blood, diffusé le 14 juin, a réuni 3,7 millions de téléspectateurs. Entre son tout premier épisode, lancé en septembre 2008, et le season finale de sa première saison, en novembre dernier, True blood avait déjà quasiment doublé son audience, passant de 1,4 à 2,4 millions de téléspectateurs. A titre indicatif, les deux autres séries vedettes d’HBO, Entourage et Big Love, enregistrent respectivement une moyenne de 1,7 et 1,9 millions de téléspectateurs.

L’action de True Blood se déroule dans une bourgade du sud des Etats-Unis. Depuis qu’ils se nourrissent de sang synthétique, les vampires y cohabitent pacifiquement avec les humains. Enfin, tout du moins en surface… L’héroïne, Sookie, une jeune serveuse télépathe, tombe amoureuse de l’une de ces créatures alors que la petite ville de Bon Temps est la cible de meurtres en série…

La thématique du vampire, furieusement en vogue à l’heure actuelle, est brillamment exploitée par Alan Ball pour analyser les mécanismes du racisme en général et de l’homophobie en particulier. Sous leur façade de parfaits péquenots, les personnages sont ambivalents en diable et génèrent tour à tour de beaux pivots narratifs. Bien que l’auteur tire à boulet rouge sur une certaine Amérique, celle qui s’est construite dans un bain de sang, celle qui a élu Bush à deux reprises, la série a été saluée unanimement par la presse, et ce avant même de voir décoller ses audiences.

Cet Objet Télévisuel Non Identifié, entre thriller horrifique et comédie décalée, mêle avec subtilité romantisme gothique, érotisme torride et situations picaresques. Chaque épisode de cette fiction feuilletonnante est structuré comme un chapitre de roman (correspondant à une saison), et s’achève sur un cliff-hanger.
Ce parti-pris narratif n’a rien d’arbitraire puisque la série est adaptée des Sookie Stackhouse novels de Charlaine Harris, une saga qui compte déjà neuf tomes devenue, par l’entremise de son adaptation télévisuelle, un véritable carton d’édition.

Fort du succès de la première saison de True Blood, HBO a sorti l’artillerie lourde afin de promouvoir sa suite, engageant à cette occasion pas moins de… six compagnies de communication / marketing! Après avoir créé Bloodcopy, un blog promotionnel entièrement dédié au show, la chaîne câblée a lancé de fausses campagnes publicitaires, soi-disant destinées à une cible vampirique, en partenariat avec des marques comme Geico, Gillette, Mini Cooper, Harley-Davidson… Cette vaste campagne marketing, très largement relayée sur le Net, s’est poursuivie dans les pages de prestigieuses publications américaines, notamment Vanity Fair.

Afin de fidéliser la communauté de fans, tous les blogueurs semblant s’intéresser de près ou de loin au vampirisme ont été inondés de mails publicitaires, leur proposant de se procurer des échantillons de la fameuse boisson True Blood: le sang synthétique qui donne son nom à la série!

La campagne comprend de nombreuses autres idées loufoques mais brillantes : flashs météo destinés aux vampires, faux magazine hebdomadaire intitulé The Vampire Report, fausses publicités pour des commerces de la ville de Bon Temps, lancement d’un faux prix cinématographique, le Fangies Vampire Film Award, faux flashs d’info de journaux télévisés, j’en passe et des meilleures…

Je vous encourage vivement à visiter le site Bloodcopy, vous pourrez y découvrir un échantillon de ces réjouissantes initiatives.

Orange Cinémax a diffusé la première saison de True Blood en décembre dernier. Espérons qu’il en fera rapidement de même avec la saison deux, et plus encore, qu’une chaîne hertzienne proposera enfin ce petit joyau télévisuel (certainement en deuxième partie de soirée)!

Pour vous mettre en appétit, vous pouvez en attendant lire cette interview publiée par Sci Fi Wire dans laquelle Alan Ball nous présente la saison deux de True Blood.

Copyright©Nathalie Lenoir 2009

2 réflexions sur “ True Blood saison 2: retour triomphal ”

Les commentaires sont fermés