Philippe Nahon, de l’acteur fétiche à l’icône

Lorqu’on est scénariste, on a l’occasion de se mettre au service d’univers aussi divers que les cinéastes avec lesquels on collabore mais certaines collaborations nous marquent plus que d’autres.

C’est le cas de ce très beau documentaire que j’ai co-signé avec Arnaud Cafaxe en 2005, multi diffusé depuis ,en France comme en Espagne, et qui est disponible en DVD.

En 1997 Arnaud Cafaxe est à la recherche « d’une gueule » pour le tournage de son second court métrage, « Rencontres ». Il confie le rôle à un formidable acteur, Philippe Nahon, qui malgré sa belle carrière s’investit énormément (et bénévolement) auprès de jeunes cinéastes. Impressionné par la prestation et la personnalité du comédien, la réalisateur s’intéresse dès lors à son parcours.

Depuis le début des années 70, engagé et volontaire, Philippe Nahon défriche les rôles les plus étranges et devient à l’aube des années 90, avec Carne, une étoile montante et une source d’inspiration pour une génération de jeunes réalisateurs tels que Gaspar Noé, Mathieu Kassovitz, Guillaume Nicloux, Christophe Gans, Pierre Vinour. Il incarne aussi bien des personnages ordinaires que des rebelles. Il sera tour à tour boucher chevalin dans Carne, policier dans La haine, maître de la bête dans Le pacte des loups, associé de Thierry Lhermitte dans Une affaire privée, Garde des sceaux suicidaire dans Supernova. Il brosse au fil de ses interprétations le portrait de l’homme quotidien, celui qui est absent des écrans, avec sa banalité, ses déviances, celui qui hait la société et les gens qui la composent, qui se sent victime d’une injustice. Cet acteur, au risque de devenir avec l’âge un joli trophée de chasse pour des réalisateurs hors normes, souhaite avant tout continuer de rencontrer des cinéastes passionnés qui seront les moteurs des nouvelles aventures dans lesquelles il veut se fondre, exploser, jouer, enrichir les univers… A la différence des éternels seconds rôles- ces acteurs dont on connaît vaguement le visage sans pouvoir se rappeler le nom – il a une place à part dans le cinéma français.

En 2005, Arnaud Cafaxe décide de consacrer un portrait à ce grand acteur. Toutes les personnes contactées, dont Matthieu Kassovitz, Vincent Cassel, Pierre Vinour, Guillaume Nicloux, Vincent Monnet, René Féret, Christophe Gans, Christophe Lemaire, Eric Porchet, Jean-Noël Betzler, Blandine Lenoir, Élisabeth Weissman et bien entendu, Gaspar Noé, manifestent un grand enthousiasme pour le projet. Philippe Nahon, de l’acteur fétiche à l’icône sera diffusé à plusieurs reprises en France, sur les chaînes du groupe CineCinema, et en Espagne, sur la chaine cablée CINEMATK.


Philippe Nahon

Gaspar Noé évoquant son acteur fétiche

Il est possible de se procurer le DVD de ce documentaire sur le site des Films du Tamarin. Vous pourrez consulter de nombreuses images du film sur le site Le temps détruit tout, dédié à l’œuvre de Gaspar Noé.

Copyright©Nathalie Lenoir 2009

Follow Nathalie_Lenoir on Twitter

Une réflexion sur “ Philippe Nahon, de l’acteur fétiche à l’icône ”

Les commentaires sont fermés